La Brasserie de St-Sylvestre

3 Monts

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
FR FR
EN EN

Histoire de la Brasserie de St-Sylvestre : Dernière brasserie de la Flandre

L'Héritage de la Brasserie

D’après les archives de la mairie de Saint Sylvestre Cappel, une brasserie existait au village avant la Révolution. Sa date de fondation exacte demeure inconnue.
Dans les années 1860 Louis DEVRIERE la reprend à la famille CORDONNIER. Sa fille unique se marie avec Emile DEHAENE (1864-1915) qui reprend l’activité de l’entreprise. En 1904, Louis DEHAENE, son fils, sorti de l’école des Industries Agricoles (ENIA de douai), donne une impulsion nouvelle à la brasserie.
En 1920, Marcel BACQUAERT cède la brasserie à Rémy RICOUR son neveu pour 400 000 francs de l’époque. Son prédécesseur, lui enseigne le métier et surtout lui confie les "tours de mains" nécessaires à la fabrication de bonnes bières. Les connaissances scientifiques n’étant pas encore d’actualité, c’est l’expérience et l’observation qui font la réputation d’un bon brasseur.

Un héritage familiale

La corporation des brasseurs est à cette date très nombreuse : il existe une ou plusieurs brasseries par village (2 à St Sylvestre). Les paysans et les ouvriers agricoles sont nombreux et remplissent les estaminets (environ un pour cinquante habitants). La bière que l’on tire du fût est la seule boisson courante et seule la rumeur publique permet de savoir où se trouve la bonne bière et donc le meilleur brasseur car "En hiver brasse qui veut, en été brasse qui peut". Les moyens de transport expliquent le fait que les bières de la brasserie soient vendues dans un rayon de 6 à 7 kms, évitant soigneusement les 3 monts, beaucoup trop durs à monter pour un attelage de deux chevaux et d’un chariot brasseur. Les 3 monts, équidistants de la brasserie seront grimpés beaucoup plus tard avec l’apparition du camion et de la bière en bouteilles à la veille de la seconde guerre mondiale.

En septembre 1939, Rémy Ricour, grand-père des dirigeants actuels, est mobilisé une nouvelle fois ainsi qu’une partie du personnel de la brasserie(5 sur 13). Son fils Pierre Ricour, alors âgé de 16 ans, remplace son père avec le personnel restant. Il brasse, malte, livre…, il apprend.

A la fin de la guerre, la brasserie de St Sylvestre encore dénommée "Brasserie Ricour Savage" est en pleine expansion alors que beaucoup de brasseurs flamands éteignent le feu sous leurs chaudières et que de grosses brasseries apparaissent à la périphérie de l’Houtland : "Motte Cordonnier", "Breuvart", "La Grande Brasserie", "Masse Meurisse"...

En 1947, Pierre Ricour décide de son propre gré de suivre les cours de l’école de brasserie de Nancy et revient un an plus tard avec une nouvelle vision de la fabrication de la bière.

Histoire de la Brasserie à travers quelques photos d'époque
En 1954, il prend la tête de la brasserie et réalise les travaux dûment mûris depuis l’école de brasserie :

- Une nouvelle salle de brassage est construite, partiellement toujours en fonctionnement actuellement.
- La fermentation haute est abandonnée avec regret au profit de la fermentation basse.
- Le fût en bois est définitivement abandonné par la bouteille à bouchage mécanique.

De 1966 à 1980, la brasserie s’agrandit, de nombreux marchands de bière, souvent anciens brasseurs viennent s’approvisionner à la brasserie pour la revente directe au particulier, seule méthode de vente utilisée dans le Nord de la France.

En 1983, les fils François et Serge, après l’école de brasserie, deviennent de jeunes brasseurs. Trois brasseurs dans la même famille, la conversation devient intarissable : Il faut refaire la bière d’antan …en mieux; se démarquer des bières lilloises, alsaciennes et étrangères. Il faut aller au-delà des 3 Monts. 8000 litres de bière sont fabriqués en fermentation haute à titre d’essais. Commercialisée sous le nom de "Bière de Mars", le succès dépasse les espérances.

En 1985, alors que la brasserie se constitue en société anonyme, Pierre Ricour laisse la direction à ses fils. La 3 Monts est lancée, comme autrefois grâce au bouche à oreille et progressivement adoptée par le consommateur : D’abord la Flandre Maritime, la région lilloise et progressivement la France, les USA, le Québec et de nombreux pays de la Communauté européenne.

En 1997, la Gavroche est lancée; refermentée en bouteille, elle se rapproche encore plus des bières d’autrefois.

Des techniques, des employés, et des produits de nos régions.

Depuis 1948, nous travaillons à une dizaine de personnes en majorité du village ou ses environs. Les principes de fabrication sont restés identiques : infusion ascendante, ébullition et houblonnage dans une chaudière de cuivre rouge. La technique n'a joué en rien sur les méthodes de fabrications élaborées par trois générations de maîtres brasseurs.

Plus de la moitié du houblon utilisé est cultivée dans la région, notamment près du Mont des cats. Les malts issus d'orges sélectionnés proviennent des malteries locales.

St Sylvestre Cappel

Historique :

SAINT SYVESTRE CAPPEL est un village ancien, situé sur la voie des armées romaines entre Cassel et Caestre. Son nom n’est pas son appellation d’origine, au XVe, le village s’appelait HILLEWAERTS CAPPEL. Il se transforma en SAINT SYLVESTRE CAPPEL en 1538. Le village appartenait dès le XIème siècle aux Seigneurs d’Hondschoote et passa, vers la fin du XIVème siècle à la Maison des Hornes pour échoir ensuite aux Isenghien.

Situation géographique :

Région du Nord Pas de Calais
Département du Nord
Arrondissement de Dunkerque
Canton de Steenvoorde
Superficie de 814 hectares

Economie :

St Sylvestre, qui compte 1094 habitants (03/1999), est devenu une petite capitale de l’agroalimentaire par ses glaces, ses pommes et bien sûr la bière

LA BRASSERIE DANS LA FLANDRE

L'origine de la bière se perd dans la nuit des temps mais la technique n'a sensiblement évolué qu'à partir des années trente. La caractéristique de la brasserie en Flandre consiste en sa densité exceptionnelle. Chaque village en possède une ou deux, quatre à six par chef-lieu de canton, la bière étant la seule boisson portable avec la tisane de réglisse et la chicorée café.

L'Evolution de la Brasserie Flamande

D'une fermentation en cuves de bois vernies après la Guerre 14-18, on passe à une fermentation en cuves métalliques dès les années trente. La bouteille commence son apparition vers les années 34-35 et entraîne un énorme problème d'investissement (achat de caisses, bouteilles, construction d'une canetterie...). Pendant ce temps, les constructeurs de machines à vapeur sortent des compresseurs d'ammoniaque. Aussi, nombre de brasseries hésitent devant cette révolution technologique et ferment dans les années 40-50. Tous ces progrès technologiques ont imposé et impose encore de nos jours de nombreux investissements qui favorisent l'apparition de grands groupes brassicoles et le déclin des petites brasseries de villages alors absorbées par ces derniers. De 2000 brasseries au début du siècle, seule 30 existent à l'heure actuelle, deux tiers d'entre elles étant situées dans la région Nord - Pas-de-Calais. Pour survivre, ces petites brasseries fabriquent des bières de façon artisanales à la différence des grands groupes brassicoles qui eux fabriquent des bières de consommation courante.